page principale


LE TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX
a Cracovie-Lagiewniki (Pologne)


En 1943, dix ans après la réalisation du premier tableau de Jésus Miséricordieux à Vilnius
(Lituanie) et cinq ans après le décès de sainte Faustine à Cracovie (Pologne), un peintre, Adolphe Hyla s’est adressé à la Congrégation des sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Cracovie. Il désirait réaliser un tableau qu’il voulait offrir à la chapelle des soeurs en tant qu’ex-voto pour remercier le Seigneur d’avoir épargné sa famille durant la Seconde Guerre mondiale.

Les sœurs lui ont proposé de peindre un tableau de Jésus Miséricordieux. Elles ont présenté
à l’artiste comme modèle, la reproduction du premier tableau, peint par Eugène Kazimirowski
avec la collaboration de sainte Faustine. Elles lui ont montré également la description du tableau contenue dans le Petit Journal de sainte Faustine. Cependant, le peintre a réalisé un tableau à son idée. Comme les dimensions ne permettaient pas qu’il soit placé dans la chapelle des sœurs à Cracovie, la mère Irène Krzyzanowska lui en a commandé un autre. Ce dernier a été béni en janvier 1944 et placé dans la chapelle à Cracovie où il est vénéré jusqu’à présent.


L’autel avec la peinture de Jésus Miséricordieux dans la chapelle religieuse des Soeurs de Notre-Dame
de la Miséricorde à Cracovie- Łagiewniki. Le sarcophage avec les reliques de sainte soeur Faustine Kowalska.


Sur ce tableau la silhouette de Jésus Miséricordieux se détachait sur fond de prairies, avec des arbustes. Après l’intervention de l’abbé Sopocko, en 1954, le fond du tableau a été couvert d’une couleur foncée et sous les pieds du Seigneur on a ajouté un carrelage.
Le tableau, offert par Adolphe Hyla en tant qu’ex-voto, a été placé dans l’église du Sacré-Cœur à Wroclaw. Cette église est reliée à la maison des soeurs de Notre-Dame de la Miséricorde (« Petit Journal », notes page 605, 606, 621).



Le premier tableau de Jésus Miséricordieux peint par Eugène Kazimirowski à Vilnius avec
la collaboration de sainte Faustine, s’est retrouvé, après la seconde guerre mondiale (1939-1945), sur le territoire de l’URSS où des catholiques, à cause de cruelles persécussions, pendant des dizaines d’années ont été obligés de cacher leur foi. Le tableau a dû également rester caché ainsi que sa provénence extraordinaire.
La propagation en Pologne d’un autre tableau, a été peut-être providentielle pour détourner l’attention du  premier tableau, « la Sainte Effigie » (comme l’a appelé le pape Jean-Paul II à Vilnius en 1993). A vrai dire, il n’existait pas, à l’époque, d’autres moyens pour sauver ce tableau.

En outre, les restaurations et retouches du tableau, effectuées à plusieurs reprises, ont caché
pour longtemps la valeur artistique de l’œuvre. La couche de paraffine posée par les restaurateurs, bien qu’elle ait protégé le tableau des effets néfastes de l’humidité, au cours des années a modifié les couleurs d’origine.
En 2003, après une restauration professionnelle, le tableau a retrouvé sa beauté et l’expression du message qu’il contient. La belle silhouette de Jésus Misericordieux apparaissant dans les ténèbres, attire l’attention de ceux qui Le prient sur LA LUMIERE DES RAYONS DE MISERICORDE jaillissant du Cœur ouvert sur la croix.


Tableau peint en présence de sainte Faustine (par E. Kazimirowski, Vilnius, 1934)
Tableau peint après la mort de sainte Faustine (par Adolphe Hyla, Cracovie, 1944)

« Ces deux rayons jaillirent des entrailles de ma miséricorde, alors que mon cœur, agonisant sur la croix, fut ouvert par la lance » (PJ, 299).

« Je voyais ces deux rayons sortant de l’Hostie, les mêmes qui sont sur l’image,
ils étaient étroitement unis, mais ne se confondaient pas… » (PJ, 344).


« Mon regard sur cette image est le même que celui que j’avais sur la croix »
(PJ, 326).



Le tableau peint par Adolphe Hyla a sûrement joué un rôle considérable dans la propagation du culte de la Divine Miséricorde. Les témoignages des grâces reçues, par son intermédiaire, en sont la preuve. Cependant, sa popularité n’a pas diminué la valeur du premier tableau réalisé à Vilnius, exactement selon le modèle transmis par le Seigneur Jésus. Ce tableau a pu enfin être exposé dignement dans le maître autel du sanctuaire de la Miséricorde Divine à Vilnius. Entouré d’une incessante prière des religieuses et des pèlerins, il est exposé à la vénération publique.



« J’ai vu aujourd’hui la gloire de Dieu se répandre par cette image. Beaucoup d’âmes obtiennent des grâces, même si elles n’en parlent pas publiquement. Bien que les vicissitudes de cette image soient de toutes sortes, Dieu en retire de la gloire, et les efforts de satan et des mauvaises personnes se brisent et sont anéantis. Malgré la méchanceté de satan la Miséricorde divine va triompher sur le monde entier et sera adorée par toutes les âmes » (PJ 1789).

« J’ai vu aujourd’hui deux poteaux plantés dans la terre, très grands, j’en avais planté un, et une autre personne, S. M., [Sopocko M.] (...) Les deux poteaux étaient aussi proches l’un de l’autre que la dimension de ce tableau, et j’ai vu ce tableau suspendu très haut sur ces deux poteaux. En un instant un grand sanctuaire se dressa sur ces deux poteaux en dedans et au dehors. J’ai vu une main qui finissait ce sanctuaire, mais je n’ai pas vu la personne. Une multitude de gens était à l’extérieur et à l’intérieur de ce sanctuaire et des torrents sortant du Cœur miséricordieux de Jésus se déversaient sur tous » (PJ 1689).



« Quand je reçus cet article sur la miséricorde Divine avec cette image, la présence divine me pénétra étrangement. Quand je me plongeai dans la prière d’action de grâce, soudain je vis Jésus dans une grande clarté, comme Il est peint et à Ses pieds je vis le Père Andrasz et l’abbé Sopocko, tous deux tenaient une plume et du bout de chaque plume sortaient des étincelles et des éclairs de feu qui frappaient une grande foule de gens courant je ne sais où. Quand ils étaient touchés de ces rayons, les gens se détournaient de la foule et tendaient leurs mains vers Jésus ; les uns revenaient avec grande joie, d’autres avec une grande douleur et à regret » (PJ 675).

 

 

SUIVANT >> L’histoire du premier tableau de Jésus Miséricordieux
Documentation photographique de la restauration du premier tableau

<< Table des matières
www.faustine-message.com

en haut

 

 

Tous droits d’auteurs réservés. © Congrégation des Sœurs de Jésus Miséricordieux
Il est permis de copier les textes ainsi que l’image de Jésus Miséricordieux à condition de citer
en entier l’origine de la provenance ou le lien actif pour le site internet: www.faustine-message.com